Ces millions d'heures sup' non payées qui suscitent la colère des policiers

Publié lundi, 17 décembre 2018 ‐ Le Figaro

Après le mouvement des «gilets jaunes», va-t-on assister au mouvement des «gilets bleus»? Difficile à dire pour l'heure mais une chose est sûre: de nombreux policiers sont en colère. Samedi 15 décembre, un syndicat de police (Unité SGP Police-Force ouvrière) a d'ailleurs annoncé «solennellement l'acte 1 de la colère des policiers», dès 2019, sans donner plus de détails. Et lundi, le syndicat Alliance a demandé «à tous les policiers de France de ne sortir que sur appel» ce mercredi, sous le mot d'ordre «fermons les commissariats», afin d'obtenir du gouvernement de meilleures conditions de travail et de rémunération. Locaux insalubres, manque d'effectifs et de véhicules, insécurité croissante.... les revendications des policiers sont connues depuis longtemps. Une autre doléance, directement liée à la question du pouvoir d'achat, contribue également à l'exaspération de la profession: le non-paiement de nombreuses heures supplémentaires, qui concerne uniquement les gardiens de la paix.
Plus de 20 millions d'heures supplémentaires non payées Selon un rapport sénatorial publié en juin 2018, «le stock d'heures supplémentaires non récupérées par les personnels de la police nationale et non indemnisées s'élevait, à la fin 2017, à 21,82 millions d'heures, niveau jamais atteint à ce jour». Et la situation ne s'est pas améliorée depuis. «Je pense qu'on est aujourd'hui à 25 millions d'heures supplémentaires non payées», nous explique Yves Lefebvre, secrétaire général Unité SGP Police FO. À environ 12 euros l'heure supplémentaire, ces heures impayées correspondent à une somme avoisinant les 300 millions d'euros, calcule Yves Lefebvre. Lundi 10 décembre, dans un courrier adressé à Emmanuel Macron et révélé par Nice-Matin, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti estimait que «le nombre d'heures théoriques moyen par agent concerné s'élève à près de 158 heures, pour un coût moyen par agent proche de 2.000 euros». Ce constat se heurte à une situation inextricable. D'une part, comme nous l'explique Patrice Ribeiro - patron de Synergie-officiers -, «l'État n'a pas les moyens de payer les heures impayées et donne des compensations». Mais en raison du climat actuellement très tendu en France, les policiers ne peuvent pas bénéficier de ces compensations. «Entre les attentats, l'évacuation des ‘gilets jaunes' des ronds-points et les missions du quotidien, les collègues ne peuvent pas récupérer leurs heures sinon ça affaiblit la présence policière sur le terrain», détaille Yves Lefebvre. Même son de cloche chez Patrice Ribeiro: «On est en période de très forte tension et les effectifs sont très sollicités. On donne aux policiers des compensations qu'ils ne peuvent pas prendre. C'est le serpent qui se mord la queue». » LIRE AUSSI - «Gilets jaunes»: «Ma compagnie a tiré plus de 1000 grenades lacrymogènes», témoigne un CRS
Rembourser les heures supplémentaires... ou obliger les policiers à les récupérer Patrice Ribeiro raconte que des gardiens de la paix en fin de carrière ont parfois accumulé plusieurs mois, voire même plusieurs années de jours qu'ils n'ont pas pu prendre. «Prenons l'exemple d'un gardien de la paix de 57 ans. S'il a 3 ans de jours accumulés, il peut poser ses jours payés comme s'il était en activité mais on ne peut pas le remplacer», détaille-t-il. Une situation totalement ubuesque. «À ne pas vouloir payer maintenant, l'administration paie plus tard en jours d'absence», conclut Patrice Ribeiro. À moins que l'État ne se décide finalement à régler toutes les heures supplémentaires non récupérées par les personnels de la police nationale afin d'apaiser la colère qui monte. C'est ce que préconise Yves Lefebvre. «On pourrait aller sur un plan de remboursement étalé sur 2-3 ans», estime-t-il. Selon une de nos sources, la problématique des heures supplémentaires est en tout cas actuellement à l'étude au ministère de l'Intérieur. Une autre piste consiste à obliger les personnels à récupérer leurs heures supplémentaires, malgré les nombreuses difficultés décrites précédemment. En juin 2018, le premier ministre Édouard Philippe a répondu à un référé de la Cour des comptes relatif aux rémunérations et au temps de travail dans la police et la gendarmerie nationales. «Le projet d'arrêté portant organisation du temps de travail remplacera les instructions générales relatives à l'organisation du travail dans la police nationale de 2002 et modifiera les règles sur les modes de récupération des heures supplémentaires», est-il expliqué. «Dès l'entrée en vigueur de ce texte, qui doit intervenir au plus tard en janvier 2019, les chefs de service pourront obliger les personnels, en fonction des nécessités du service, à récupérer leurs heures supplémentaires au-delà d'un seuil de 100 heures générées à compter d'une date en cours de détermination. Cet arrêt du flux de la production des heures supplémentaires conduira mécaniquement, à moyen terme, à réduire leur stock», poursuit le courrier.

Tag: #EmmanuelMacron #EricCiotti #Police #Policiers #GiletsJaunes #SyndicatsDePolice #TempsDeTravail #HeuresSupplémentaires #Actualitééconomique #Entreprises #économie #Bourse #Emploi #Impôts #Cac40 #CreationD'entreprise #ChefD'entreprise #GrandsPatrons #Consommation #Multinationales #Privatisation #Délocalisations #Concurrence #Monopole #Crise #Bourse #Licenciements #UnionEuropéenne #Etats-unis #Chine #Pmi #Pme #Tpe #Salaires #Relance #Pib #Pnb #AidesSociales #Japon #Récession #économieVerte #Fmi #Reprise #Croissance #News #Actu

Autres articles publiés par Le Figaro

Publié dimanche, 25 août 2019 ‐ Le Figaro

L’histoire ne s’apprend pas que dans les livres. Au musée de la Libération, du général Leclerc et de Jean Moulin, on peut même la vivre. À vingt mètres sous la terre, dans le Poste de commande Rol Tanguy, Jean, un jeune officier des Forces...

Un homme tué par balles à Aubervilliers Publié dimanche, 25 août 2019 ‐ Le Figaro

Un homme a été tué samedi soir 24 août et un autre blessé par balles à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, a indiqué le parquet de Bobigny. Selon une source policière, il pourrait s'agir d'un règlement de comptes. La victime âgée d'une...

Publié dimanche, 25 août 2019 ‐ Le Figaro

La cote de popularité d'Emmanuel Macron poursuit son redressement en août (+2 points), avec 34% de Français satisfaits de son action selon un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche. » LIRE AUSSI - Sommet du G7: dans les coulisses...

Publié dimanche, 25 août 2019 ‐ Le Figaro

Ils sont désuets mais savoureux. Le parfum d’un autre temps. On vous parle du verbe «tympaniser» qui signifie «critiquer, ridiculiser, décrier publiquement quelqu’un ou quelque chose» ; de l’adjectif «languide» à savoir «celui qui se...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Tops L’exploit retentissant de l’Aviron BayonnaisAu coup de sifflet final, l’entraîneur de Bayonne Yannick Bru disait qu’il ressentait « la même émotion » que lors du titre de champion de France de Pro...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Les opposants au G7 sont nombreux, et ils ont montré aujourd’hui qu’ils comptaient bien le faire savoir, partout et par tous les moyens possibles. Un appel pour une grande manifestation avait été lancé il y a plusieurs semaines. Elle s’est...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Allemagne, Japon, États-Unis, Italie, Canada, Royaume-Uni. Tous les chefs d’État et de gouvernement membres du G7 ont débarqué sur le tarmac de l’aéroport de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) ce samedi 24 août, lors du premier jour du 45e...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

De nos envoyés spéciaux à Biarritz, Quand Donald Trump est énervé, il tweete. Parfois, il tweete aussi quand il est content. Samedi 24 août, après son arrivée à Biarritz, il avait l’air plutôt satisfait. «Viens de déjeuner avec le...

Un pic de pollution dimanche 25 août en Ile-de-France Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

L'organisme Airparif prévoit dimanche 25 août un dépassement des seuils pour l'ozone en Ile-de-France (concentration en ozone comprise entre 170 et 200 ?g/m³, soit un probable dépassement du seuil d'information-recommandation pour ce polluant, fixé ...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Avec notre envoyé spécial à Edimbourg Arnaud Coudry Poirot 3,5. Le pilier a été dominé en mêlée fermée par son vis-à-vis Nel. Très discret par ailleurs. Son manque de réactivité n’est pas étranger aux...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Envoyé spécial à Edimbourg  Un pas en avant, deux pas en arrière. Une semaine après avoir battu l’équipe B de l’Ecosse à Nice (32-3), le XV de France a chuté samedi à Murrayfield face au «vrai» XV du Chardon (17-14). Peu...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

De notre envoyé spécial à Toulouse «Je veux que ce sommet soit utile», a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution quelques instants avant le début du G7 qui se tient ce week-end à Biarritz. Le chef de l’État, qui a fait de...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

De notre envoyé spécial à Biarritz Pour le président du Conseil européen, Donald Tusk, pas question de réintégrer la Russie dans le G7 qui redeviendrait le G8 comme de 1997 à 2014. Le Polonais qui défend habituellement une ligne sans...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

Malgré la polémique facilement prévisible, leur belle-mère Laeticia Hallyday ne les a pas tenus informés de son projet. C’est en lisant le magazine Public et le Journal de Saint-Barth que Laura Smet et David Hallyday ont découvert que le corps de ...

Publié samedi, 24 août 2019 ‐ Le Figaro

De notre envoyé spécial à Biarritz Il a l’air loin ce G7. Comme en altitude, à mille lieues des préoccupations ordinaires du pays. Le déploiement de mesures de sécurité hors du commun y contribue. Tout comme les images d’une plage de...