Réflexions. Le dessin de presse et ses premiers états généraux

Publié mardi, 02 octobre 2018 ‐ L'Humanité

Àquoi sert le dessin de presse ? De quoi est-il l’emblème ? Pourquoi tant d’incompréhensions à son sujet ? Et, surtout, comment fédérer autour de cette pratique, qui est une autre lecture de l’actualité, plus incisive, plus directe qu’un article ? Autant de questions que vont se poser, demain, les premiers états généraux du dessin de presse, réunis à l’Unesco. Des dessinateurs, mais aussi des acteurs qui évoluent autour, vont se retrouver, l’espace d’une journée, pour réfléchir à l’avenir de cette pratique, partout dans le monde. 90 intervenants, de 27 pays, sont ainsi programmés autour de deux tables rondes. Leur but : sortir avec des recommandations. Et remettre, durant au moins trois ans, mais dans l’idéal jusqu’en 2030, le dossier sur la table, pour en suivre les évolutions.
«Les dessinateurs sont un peu les derniers maillons d’une chaîne qui est la presse »
L’idée est née l’an dernier au Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel. Et les recommandations issues de ces états généraux seront justement données, en clôture de ce festival, le 7 octobre, avant qu’une version définitive soit donnée à tous les participants d’ici au 3 mai 2019, veille de la journée internationale de la liberté de la presse. C’est d’ailleurs sous l’égide de cette fameuse liberté qu’a commencé cette aventure, lorsque le représentant de l’ambassade de Suisse à l’Unesco a demandé la réalisation d’une exposition, « la Presse en liberté », qui a rassemblé près de 380 dessins sur quatre cents ans. Les organisateurs, Nicolas Jacquette et Jérôme Liniger, n’ont pas voulu en rester à cette exposition : ils ont organisé à leur tour une conférence, sur les enjeux du dessin de presse et son avenir, en mars 2017. Cette fois, ils visent encore plus haut : « Réfléchir avec les acteurs à l’outil social positif que peut être le dessin de presse », explique Nicolas Jacquette. En prenant pour objectif, non pas la liberté de la presse, « puisque sur les 180 pays membres de l’Unesco, beaucoup n’ont pas cette culture », mais en s’appuyant sur un certain nombre des dix-sept objectifs de développement durable émis par l’Unesco. Le travail de mercredi, réparti en deux tables rondes, où 28 intervenants sont prévus : le dessin de presse comme outil vecteur de paix et de justice, pour aider à l’efficacité des institutions et outils de promotion de l’égalité, présenté par le journaliste américain Terry Anderson, le matin. L’après-midi, ce sera au tour des acteurs de terrain de parler de leurs expériences autour du dessin de presse : des dessinateurs, mais aussi les membres de près de quarante ONG, des fondations, des représentants de mairies, de bibliothèques, de musées seront ainsi présents. Histoire d’être aussi dans le concret…
Pour Chloé Verlhac, l’épouse du dessinateur Tignous, mort dans l’attentat du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, cette initiative est aussi consécutive à l’attentat du 7 janvier 2015. « Cette initiative se tient à l’Unesco, parce qu’on voulait donner une dimension internationale à cet événement », explique-t-elle. « Je fais beaucoup de débats et de conférences, où l’on s’écoute beaucoup parler, sans qu’il en ressorte grand-chose. Les expositions sont un peu figées, regrette-t-elle. Et les dessinateurs sont un peu les derniers maillons d’une chaîne qui est la presse. Sans presse, pas de dessinateurs de presse. Donc des questions se posent : qui fait la presse aujourd’hui ? Qui sont les intellectuels et les décideurs qui soutiennent la presse et les dessinateurs de presse ? ». La date des prochains états géneraux est déjà fixée. Ils auront lieu le 2 septembre 2019.

Tag: #Actu #CultureEtSavoirs #DessinDePresse

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Dans son édition de mars, le mensuel « Réussir, fruits et légumes », rend compte  d’une rencontre qui s’est tenue à Agen entre des producteurs français de fraises et leurs homologues  espagnols et italiens. On y apprend que l’Espagne...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

La crise économique et financière qui se dessine ne sera pas jugulée par une ­ordonnance médicale ou un vaccin. Elle n’est pas la crise du coronavirus, mais celle du système capitaliste mondialisé et financiarisé. L’épidémie est en quelque...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

. Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Depuis lundi soir, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par le coronavirus à ce stade, renvoie des images macabres. Celles de la morgue aménagée sur une grande piste de patinage dans un centre commercial de la capitale espagnole....

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après des semaines à gloser publiquement sur « l’immunité collective », tout en justifiant en coulisses sa cynique inaction face au coronavirus par la nécessité de « protéger l’économie », le premier ministre britannique a fini...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après le conseil scientifique, le comité de chercheurs. Emmanuel Macron devait installer, hier, le Comité analyse recherche et expertise (Care), réunissant douze chercheurs et médecins, pour conseiller le gouvernement sur « la doctrine (relative) ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à prendre. Plus que...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Glané dans le Parisien hier matin : « On ne peut plus avoir comme ça des gens qui sont en dehors de la société, il faudra que l’on s’occupe de cela », a promis Macron, qui s’était déjà engagé le 31 décembre 2017 à « apporter...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Plusieurs visions du monde se sont affrontées, mardi, à l’Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement consacrée à l’épidémie de coronavirus. Les députés d’opposition n’ont eu de cesse d’interroger la...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

On les célèbre désormais sans relâche. Infirmières, médecins, réanimateurs, urgentistes… Sur les coups de 20 heures, la patrie reconnaissante, calfeutrée chez elle, salue depuis sa fenêtre ces héros à la pointe du combat contre le Covid-19. ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...