Réflexions. Le dessin de presse et ses premiers états généraux

Publié mardi, 02 octobre 2018 ‐ L'Humanité

Àquoi sert le dessin de presse ? De quoi est-il l’emblème ? Pourquoi tant d’incompréhensions à son sujet ? Et, surtout, comment fédérer autour de cette pratique, qui est une autre lecture de l’actualité, plus incisive, plus directe qu’un article ? Autant de questions que vont se poser, demain, les premiers états généraux du dessin de presse, réunis à l’Unesco. Des dessinateurs, mais aussi des acteurs qui évoluent autour, vont se retrouver, l’espace d’une journée, pour réfléchir à l’avenir de cette pratique, partout dans le monde. 90 intervenants, de 27 pays, sont ainsi programmés autour de deux tables rondes. Leur but : sortir avec des recommandations. Et remettre, durant au moins trois ans, mais dans l’idéal jusqu’en 2030, le dossier sur la table, pour en suivre les évolutions.
«Les dessinateurs sont un peu les derniers maillons d’une chaîne qui est la presse »
L’idée est née l’an dernier au Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel. Et les recommandations issues de ces états généraux seront justement données, en clôture de ce festival, le 7 octobre, avant qu’une version définitive soit donnée à tous les participants d’ici au 3 mai 2019, veille de la journée internationale de la liberté de la presse. C’est d’ailleurs sous l’égide de cette fameuse liberté qu’a commencé cette aventure, lorsque le représentant de l’ambassade de Suisse à l’Unesco a demandé la réalisation d’une exposition, « la Presse en liberté », qui a rassemblé près de 380 dessins sur quatre cents ans. Les organisateurs, Nicolas Jacquette et Jérôme Liniger, n’ont pas voulu en rester à cette exposition : ils ont organisé à leur tour une conférence, sur les enjeux du dessin de presse et son avenir, en mars 2017. Cette fois, ils visent encore plus haut : « Réfléchir avec les acteurs à l’outil social positif que peut être le dessin de presse », explique Nicolas Jacquette. En prenant pour objectif, non pas la liberté de la presse, « puisque sur les 180 pays membres de l’Unesco, beaucoup n’ont pas cette culture », mais en s’appuyant sur un certain nombre des dix-sept objectifs de développement durable émis par l’Unesco. Le travail de mercredi, réparti en deux tables rondes, où 28 intervenants sont prévus : le dessin de presse comme outil vecteur de paix et de justice, pour aider à l’efficacité des institutions et outils de promotion de l’égalité, présenté par le journaliste américain Terry Anderson, le matin. L’après-midi, ce sera au tour des acteurs de terrain de parler de leurs expériences autour du dessin de presse : des dessinateurs, mais aussi les membres de près de quarante ONG, des fondations, des représentants de mairies, de bibliothèques, de musées seront ainsi présents. Histoire d’être aussi dans le concret…
Pour Chloé Verlhac, l’épouse du dessinateur Tignous, mort dans l’attentat du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, cette initiative est aussi consécutive à l’attentat du 7 janvier 2015. « Cette initiative se tient à l’Unesco, parce qu’on voulait donner une dimension internationale à cet événement », explique-t-elle. « Je fais beaucoup de débats et de conférences, où l’on s’écoute beaucoup parler, sans qu’il en ressorte grand-chose. Les expositions sont un peu figées, regrette-t-elle. Et les dessinateurs sont un peu les derniers maillons d’une chaîne qui est la presse. Sans presse, pas de dessinateurs de presse. Donc des questions se posent : qui fait la presse aujourd’hui ? Qui sont les intellectuels et les décideurs qui soutiennent la presse et les dessinateurs de presse ? ». La date des prochains états géneraux est déjà fixée. Ils auront lieu le 2 septembre 2019.

Tag: #Actu #CultureEtSavoirs #DessinDePresse

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Plus connue sous l’appellation de « Hirak » (Mouvement) que « révolution du sourire », cette lame de fond populaire ayant débuté le 22 février, a provoqué la chute du gouvernement Bouteflika le 2 avril, l’annulation des scrutins...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Avec leurs yeux cerclés de noir qui leur donnent un air attendrissant, Huan Huan et Yuan Zi, ainsi que leur petit Yuan Meng font fondre grands et petits qui se pressent depuis plusieurs années à Beauval pour les admirer. La naissance de Yuan Meng,...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

1. Vous irez sonner chez eux un mercredi. Au mois de mai. Vous serez bien habillée, avec ce qu’il faut de sérieux dans votre manière d’être peignée. Vous ressentirez un léger picotement dans le bout des doigts. Il vous faudra tourner la tête...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Premier point. « Le mythe du Parti communiste résistant, écrit-il, se constitue après la guerre par la volonté du général de Gaulle. » Onfray n’a jamais entendu parler de l’Affiche rouge, de Georges Politzer, de Danièle ­Casanova, de...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Confortablement installé dans le Nuage de Beauval, une télécabine impressionnante qui survole le parc à plus de 40 mètres de hauteur, le visiteur admire sous un angle inédit la faune du zoo situé au sud du Loir-et-Cher. Guépards, loups arctiques, ...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

«Non, le nazisme n’est pas le socialisme ». Tel est le titre de la dernière brochure écrite par Gabriel Péri, fusillé comme otage au Mont-Valérien par les nazis le 15 décembre 1941. Ce texte est publié clandestinement par la direction du...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

La rentrée littéraire est, dit-on, placée cette année sous le signe de la prudence. Après une année 2018 marquée par une baisse de 5,7 % du chiffre d’affaires du secteur littéraire, le nombre de parutions est en baisse pour la deuxième année ...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

C’est en travaillant pour le théâtre que Guillaume Lavenant a éprouvé le besoin d’écrire des romans. Il a toujours écrit des textes destinés à la scène. Et parallèlement de courts textes, de fiction, mais jamais rien d’aussi long qu’un...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Comme la justice sociale appelle la redistribution des richesses, une justice de genre digne de ce nom suppose une redistribution des genres. Et celle-ci se manifeste par la promotion de masculinités de non-domination, qui assument leur côté...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

L’habitude est tenace. Les grands de ce monde qui s’apprêtent à se retrouver au G7 de Biarritz continuent d’afficher un optimisme sur la santé économique de la planète. Comme si ne se mettaient pas à clignoter, jour après jour plus nombreux, ...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Élisa Bercot a perdu son fils et son mari dans un accident de voiture. Depuis leur décès, deux ans auparavant, elle a le cœur éteint. Et ne vit que par son travail : capitaine de police. Elle est appréciée par ses collègues pour son boulot, et...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

L’état s’endette pour financer la fiscalité des plus riches Pourtant, avec de telles marges de manœuvre, les États pourraient investir, développer les services publics. La France, par exemple, avec un taux à – 0,4 % sur dix ans, comme le...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Depuis 2005 et la publi-­cation d’un audit aux conclusions alarmantes publié par l’École polytechnique de Lausanne, de nombreuses études attestent régulièrement de la vétusté du réseau ferré national. La dernière en date, confidentielle,...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

En entonnant Bella Ciao Sûrement l’évolution politique a-t-elle joué en faveur des 147 migrants encore sur le bateau. Ceux-ci ont pu débarquer pendant la nuit dans le port de Lampedusa en entonnant Bella Ciao. Matteo Salvini, sur le départ,...

Publié mercredi, 21 août 2019 ‐ L'Humanité

Star des assiettes estivales, la tomate n’est pas toujours des plus accessibles. Sur les étals de supermarché, elle s’affiche parfois à plus de 5 euros sans pour autant que le producteur y trouve son compte. Ce jeudi, elle débarque en...