Poésie. Claude Favre, le dur désir de danser

Publié mercredi, 24 juillet 2019 ‐ L'Humanité

«Il y a des attentats dans ma bouche », annonce d’emblée Claude Favre, en ouverture de Crever les toits, etc., son dernier ouvrage publié. « Et ma bouche est la tienne », poursuit-elle, en une proposition où colère et accueil vont de pair. Tout un programme, qui se réalise en formules récurrentes, à commencer par le « n’imagine », au tout début de ce texte. « N’imagine » comme défense d’imaginer, comme contraction d’« on imagine », ou peut-être réduction ironique de « n’imagine pas ». Quoi ? « Un homme un marchand de poisson broyé par une benne à ordures au Maroc (...) qui glisse gluante poissons de pêche interdits » On n’osait l’imaginer, en effet, on l’a pourtant appris, pourtant vu. C’est cela que Claude Favre nous demande d’imaginer, nous dénie le droit de l’imaginer. C’est dans cet univers que nous introduit Crever les toits, etc.
L’énergie de la révolte et la conscience que la langue peut « fendre le silence »
« Crever les toits », l’image peut être celle de la métaphore qui a beaucoup servi de la « poésie libératrice » qui fait voir le ciel, entrer le soleil et qui appelle, c’est le cas de le dire, beaucoup d’« etc. ». C’est aussi ce à quoi se livrent ceux qui, sans cesse, bombardent Douma, dans la Ghouta orientale, Alep et d’autres villes de Syrie, du Yémen et d’ailleurs, Libye, Érythrée, Soudan. C’est ce qui jette sur les routes les enfants qu’on retrouve à Calais, à la frontière gréco-macédonienne et qui vous disent « partout j’ai vu des caravanes de tristesse ». C’est cette langue que Claude Favre nous fait entendre, celle de ces « espoirs déguerpis » qui finissent par se dire dans des ritournelles venues de chansons d’un peu partout : « J’aurais tant aimé danser danser jusqu’à la fin de mes jours. »
Cette formule, comme le « n’imagine », court tout au long du texte comme le furet, se démembre, se fragmente, préside aux passages d’une atmosphère à l’autre, ouvre des pages de sens en se réduisant à des éclats « jusqu’à la fin », ou « tant aimé danser », ou encore « j’aurais tant aimé ». Effets d’écho, s’amarrant à d’autres leitmotivs dans un texte continu, qui coule, métal en fusion sortant du laminoir sous la poussée violente du monde. Claude Favre propulse son texte avec l’énergie de la révolte et la conscience que la langue peut – ou du moins doit essayer – « fendre le silence », « creuser et rire ». Tout dire, à fond, en un seul bloc de langue irrécusable, c’est à ce prix qu’elle peut « pousser les murs, bouger les lignes (…) crever les toits », dire « le désir de danser ».
Déplacements, le second texte de l’ouvrage que nous propose Claude Favre, s’accorde avec Crever les toits, etc. par cette idée de parcours, jalonné de noms de lieux, que l’on retrouve d’un texte à l’autre, évidemment : Calais, Alep, Lampedusa. Mais si le premier avait la compacité d’un bloc de mots inentamable, le second se fragmente en plus de mille lignes numérotées, où noms de lieux et de personnes, Trump, Erdogan, Vallès, mais aussi ­Shakespeare, Rimbaud ou Pierre Bergounioux forment comme un filet encyclopédique tendu au-dessus de la planète.

Tag: #Actu #CultureEtSavoirs #Poésie

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Antoine Vitez s’est éteint brutalement le 30 avril 1990, à l’âge de 59 ans. Marie Étienne a travaillé à ses côtés dix années durant, à Ivry puis à Chaillot. Elle est poète. Son dernier ouvrage a justement pour titre Antoine Vitez &...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Au fil des allées comme au hasard des stands, la situation alarmante du service public de santé a nourri des dizaines de débats organisés, des centaines d’échanges impromptus. Médecins urgentistes, paramédicaux hospitaliers, salariés des...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

La Terre, la Lune, le Soleil et les étoiles ne sont pas accrochés à l’intérieur d’une vaste bulle de cristal. Mais l’Univers, bien plus complexe, incertain, infini, est une tout autre symphonie. Que des hommes ont progressivement découverte....

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Réforme des retraites, privatisation d’ADP, urgence climatique… La riposte à Macron a envahi les allées de la Fête. Si les mobilisations sociales ont rythmé ces trois jours, leur traduction politique s’est invitée dans nombre de...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Fins de mois et fin du monde, même combat ! Très attendu et très écouté, le débat qui s’est déroulé samedi au Forum social a posé la question des perspectives envisageables face aux urgences climatiques et sociales. La liste des invités avait ...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

«Un lieu où vieillir n’est ni un naufrage ni une fatalité. » C’est peut-être cette définition, avancée dans les premières minutes du documentaire, qui sied le mieux à la Maison des babayagas. Fruit de la détermination d’une militante...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Ce sont ses seuls trésors. Qu’est-ce qu’un loup peut posséder d’autre, au fond de sa tanière, que des ossements ? Pour autant, la bête n’est pas méchante. À la différence de l’homme, quand elle attaque, c’est pour manger. Pas pour un ...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

« Nous sommes devenus des témoins gênants. » À l’Agora, le grand espace de débats au milieu de la Fête, un pilote de l’association Pilotes volontaires évoque les obstacles que lui et ses camarades rencontrent désormais dans leurs...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Le sourire et les larmes. Vainqueurs de l’Australie (67-59) dans le match pour la 3e place de la Coupe du monde de basket en Chine, les hommes de Vincent Collet avaient la mine joyeuse et à la fois dépitée, hier, lors de la cérémonie de remise...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Qu’il est loin le Sarkozy qui, candidat à la primaire de la droite, se montrait inflexible en 2016, « réclamant le retour des tribunaux correctionnels pour mineurs, des peines planchers et de l’impossibilité des aménagements des peines pour...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Femme de chambre en lutte « Je travaille depuis sept ans à l’hôtel Ibis des Batignolles, pour le sous-traitant STN. Nous nous battons parce qu’on travaille beaucoup, mais qu’on gagne peu. C’est ce que nous sommes venues dire à la Fête de...

Publié dimanche, 15 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Nicolas Thirion Secrétaire national de la DGFIP CGT Après la loi de transformation de la fonction publique votée au pas de course, la dernière annonce de Gérald Darmanin ne passe pas auprès des agents : supprimer 5 775 emplois dans son...

Publié vendredi, 13 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Dans une longue note portant le numéro 1.773, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) nous indique que 759.000 enfants sont nés en  France durant l’année 2018  et que seulement  12.000 mamans avaient moins de...

Publié vendredi, 13 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Miracle en Alabama de Arthur Penn (reprise) Nommer le monde. Le deuxième film plutôt étrange — par son intensité et ses idées formelles — d'Arthur Penn retrace l'éducation d'une enfant handicapée, Helen...

Publié vendredi, 13 septembre 2019 ‐ L'Humanité

Raymond Moncourtois, diffuseur militant de l’Humanité et militant PCF de Villejuif (Val-de-Marne), est décédé lundi 10 septembre à l’âge de 74 ans. Il résidait à Courtrizy- et-Fussigny (Aisne) depuis qu’il avait pris sa retraite. Ouvrier...