Poésie. Claude Favre, le dur désir de danser

Publié mercredi, 24 juillet 2019 ‐ L'Humanité

«Il y a des attentats dans ma bouche », annonce d’emblée Claude Favre, en ouverture de Crever les toits, etc., son dernier ouvrage publié. « Et ma bouche est la tienne », poursuit-elle, en une proposition où colère et accueil vont de pair. Tout un programme, qui se réalise en formules récurrentes, à commencer par le « n’imagine », au tout début de ce texte. « N’imagine » comme défense d’imaginer, comme contraction d’« on imagine », ou peut-être réduction ironique de « n’imagine pas ». Quoi ? « Un homme un marchand de poisson broyé par une benne à ordures au Maroc (...) qui glisse gluante poissons de pêche interdits » On n’osait l’imaginer, en effet, on l’a pourtant appris, pourtant vu. C’est cela que Claude Favre nous demande d’imaginer, nous dénie le droit de l’imaginer. C’est dans cet univers que nous introduit Crever les toits, etc.
L’énergie de la révolte et la conscience que la langue peut « fendre le silence »
« Crever les toits », l’image peut être celle de la métaphore qui a beaucoup servi de la « poésie libératrice » qui fait voir le ciel, entrer le soleil et qui appelle, c’est le cas de le dire, beaucoup d’« etc. ». C’est aussi ce à quoi se livrent ceux qui, sans cesse, bombardent Douma, dans la Ghouta orientale, Alep et d’autres villes de Syrie, du Yémen et d’ailleurs, Libye, Érythrée, Soudan. C’est ce qui jette sur les routes les enfants qu’on retrouve à Calais, à la frontière gréco-macédonienne et qui vous disent « partout j’ai vu des caravanes de tristesse ». C’est cette langue que Claude Favre nous fait entendre, celle de ces « espoirs déguerpis » qui finissent par se dire dans des ritournelles venues de chansons d’un peu partout : « J’aurais tant aimé danser danser jusqu’à la fin de mes jours. »
Cette formule, comme le « n’imagine », court tout au long du texte comme le furet, se démembre, se fragmente, préside aux passages d’une atmosphère à l’autre, ouvre des pages de sens en se réduisant à des éclats « jusqu’à la fin », ou « tant aimé danser », ou encore « j’aurais tant aimé ». Effets d’écho, s’amarrant à d’autres leitmotivs dans un texte continu, qui coule, métal en fusion sortant du laminoir sous la poussée violente du monde. Claude Favre propulse son texte avec l’énergie de la révolte et la conscience que la langue peut – ou du moins doit essayer – « fendre le silence », « creuser et rire ». Tout dire, à fond, en un seul bloc de langue irrécusable, c’est à ce prix qu’elle peut « pousser les murs, bouger les lignes (…) crever les toits », dire « le désir de danser ».
Déplacements, le second texte de l’ouvrage que nous propose Claude Favre, s’accorde avec Crever les toits, etc. par cette idée de parcours, jalonné de noms de lieux, que l’on retrouve d’un texte à l’autre, évidemment : Calais, Alep, Lampedusa. Mais si le premier avait la compacité d’un bloc de mots inentamable, le second se fragmente en plus de mille lignes numérotées, où noms de lieux et de personnes, Trump, Erdogan, Vallès, mais aussi ­Shakespeare, Rimbaud ou Pierre Bergounioux forment comme un filet encyclopédique tendu au-dessus de la planète.

Tag: #Actu #CultureEtSavoirs #Poésie

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Fondé en 1980 par l’association « les Journées Cinématographiques d’Amiens » sous l’égide de Jean-Pierre Garcia, le Festival International du Film d’Amiens est aujourd’hui dirigé pour une troisième édition par la dynamique Annouchka de ...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Little Joe de Jessica Hausner In vitro. Une nouvelle fleur étrange censée rendre heureux asservit ceux qui inhalent son pollen. Une fable futuriste d’un autre temps (comme on en voyait dans les années 1980), dont la ...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Nous sommes à moins de trois semaines de la tenue de la Cop 25 qui se déroulera finalement à Madrid du 2 au 13 décembre après que le Chili a déclaré forfait comme pays organisateur. Nous en profitons pour publier ce troisième article...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Little Joe de Jessica Hausner In vitro. Une nouvelle fleur étrange censée rendre heureux asservit ceux qui inhalent son pollen. Une fable futuriste d’un autre temps (comme on en voyait dans les années 1980), dont la stylisation...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Ce n’est pas une banale affaire d’appel pour diffamation. Jeudi 21 novembre, le dessinateur Camille Marsault traîne en justice l’ancien rédacteur en chef de Fluide Glacial, Yan Lindingre. Ou plutôt, le poursuit en diffamation pour la seconde...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

              Au procès du Mediator, c’est un nouveau chapitre qui s’est ouvert depuis le 11 novembre, avec l’examen des responsabilités de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), alors baptisée Afssaps. Une instance...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Little Joe de Jessica Hausner In vitro. Une nouvelle fleur étrange censée rendre heureux asservit ceux qui inhalent son pollen. Une fable futuriste d’un autre temps (comme on en voyait dans les années 1980), dont la stylisation...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

En partenariat avec le CNRS, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a souhaité faire de l’année scolaire 2019-2020 l’Année des mathématiques, pour « montrer au grand public le visage vivant des mathématiques et renforcer...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

On connaît les obsessions que l’islam et l’immigration nourrissent dans les colonnes de Valeurs actuelles. L’hebdomadaire d’extrême droite investit dans un autre fonds de commerce : celui de la nostalgie coloniale, sujet de réguliers...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

                Au procès du Mediator, c’est un nouveau chapitre qui s’est ouvert depuis le 11 novembre, avec l’examen des responsabilités de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), alors baptisée Afssaps. Une instance...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Le saccage du Fouquet’s le 16 mars dernier lors d’une manifestation des gilets jaunes avait masqué le travail d’enquête ayant permis en un temps record l’arrestation et la garde à vue d’un couple de dangereux malfaiteurs présumés. Leur...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Vivre en France offre un avantage au moment de décrypter la colère mondiale qui sourde de partout, de l’Équateur à l’Irak, de l’Algérie à Haïti. Nous vivons dans un monde de lutte à fronts renversés. Heureusement la leçon de l’extrême...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Brûlé  Un jeune homme s’immole par le feu ; et une grande partie de notre pays détourne le regard. Un gamin, notre fils, notre frère, notre concitoyen, a choisi la voie extrême, celle de l’inacceptable. C’est un jeune...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

Alors qu’une conférence internationale sur la souveraineté du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles va se tenir ce 15 novembre au Sénat (1), les institutions européennes commencent à préparer leur riposte pour faire face aux recours...

Publié vendredi, 15 novembre 2019 ‐ L'Humanité

C’est l’un des jeux immersifs les plus connus, Assassin’s Creed, et les plus vendus au monde, avec une communauté de « gamers » extrêmement assidue et internationale. Derrière le jeu une entreprise, Ubisoft Montréal, et notamment des...