Romain Ntamack : «Tous contents d’avoir remis le drapeau français au sommet»

Publié dimanche, 23 février 2020 ‐ Le Figaro

Par notre envoyé spécial à Cardiff
Quel sentiment vous anime après cette victoire à Cardiff attendue depuis dix ans ?
Romain Ntamack : C’est incroyable, fabuleux. Je n’ai pas d’autres mots. Pour nous, l’équipe, et pour le rugby français, c’est très important d’avoir gagné avec la manière. On a senti dans les tribunes un engouement des supporters français qui avaient fait le déplacement à Cardiff. C’est génial. Dans un stade hostile on les a vraiment entendus. Ils ont un peu éteint le Millennium. On les sentait derrière nous, comme un 16e homme. Ça nous a vraiment aidés dans les moments difficiles.
Quel est l’impact de ce succès sur la suite ?
On ne réalise pas encore la portée de cette victoire. Elle est importante pour nous. Mais également pour tout le rugby français. Elle fait beaucoup de bien. On a commencé à regarder les téléphones avec tous les messages reçus, énormément de soutien. On est tous contents de ça, d’avoir remis le drapeau français au sommet.
A LIRE AUSSI : XV de France : une équipe est née à Cardiff
On a l’impression qu’il s’est passé quelque chose pendant ce match…
Oui. Ce sont des matches comme ça, pleins de la 1ère à la 80e minute, qui nous font progresser. Forcément, il y a eu des moments faibles mais qu’on a su gérer de la meilleure des façons. On a respecté notre plan de jeu du début à la fin. Il faut maintenant s’appuyer sur ce qui a été de bien et regarder ce qui a été moins bien. C’est comme ça qu’on va progresser. Mais, d’abord, on va savourer et rentrer chez nous nous reposer un peu (sourires).
Vos adversaires ont-ils changé de regard sur vous pendant la rencontre ?
Non, pas directement. Mais, quand on a vu leurs regards un peu perdus à la fin de la première mi-temps quand ils pilonnent notre ligne et qu’on s’en sort, à 14, sans prendre de points, ça leur a vraiment mis un coup à la tête. Et nous, ça nous fait énormément de bien. Quand on voit des grands joueurs baisser la tête, ça donne plus d’énergie…
Racontez-nous votre interception qui fait basculer la rencontre…
C’est 50/50, tout ou rien. Soit ça fait essai pour nous, soit ça fait essai pour eux. Il y a encore du monde côté gallois donc je la tente car sinon il y a essai. Il y a une part de chance aussi. Ça nous remet la tête hors de l’eau et ça les enfonce un peu plus. Ça leur fait mal à la tête et ça nous donne un supplément d’énergie pour tenir à la 80e minute.
A LIRE AUSSI : Les notes des Bleus : Dupont et Ntamack, une charnière en or massif
Vous avez été désigné homme du match. Comment accueillez-vous cette distinction individuelle ?
Quand un pack avance comme ça, fait mal à l’adversaire ; quand derrière que ça communique autant, forcément, en 10, c’est un régal. Les potes m’ont facilité la tâche.
Justement, on a l’impression que c’est une équipe de potes qui donnent tout pour le joueur d’à-côté…
Le groupe vit bien oui. Il est serein. A 42 ou à 28, tout le monde travaille dans le même sens. Il y a des déçus mais les gars sont là pour faire briller l’équipe, qu’ils jouent ou pas. Quand on a la chance de commencer les matches, on a envie de faire payer ce travail des autres. C’est un super groupe avec un super état d’esprit. On s’entend bien. Et on est en train de créer une bonne atmosphère dans ce groupe. Ça se ressent au fur et à mesure des matches je pense.
Comme contre l’Angleterre, vous avez de nouveau réussi un 100% au pied. Plus personne ne peut douter de votre talent de buteur...
Je me sens de mieux en mieux. Je n’étais pas en réussite contre l’Italie (50%, NDLR) et j’avais encore ces échecs en tête. J’ai travaillé dur toute la semaine. J’ai essayé d’en faire abstraction et ça m’a souri.
Pourquoi êtes-vous sorti ? Etiez-vous blessé ?
J’ai pris un coup de crampons sur la ceinture abdominale, rien de grave. Mais quand je me redressais, ça me tirait sur les abdos. J’ai préféré laisser ma place à un coéquipier frais plutôt que d’être un poids pour l’équipe dans cette fin de match compliquée.
A LIRE AUSSI : Le Roux a failli prendre sa retraite internationale
Parler de Grand chelem, c’est tabou ?
Non. Mais nous, on n’en parle pas. Le seul mot qui revenait à la fin du match, c’était le plaisir. Personne n’a parlé du Grand Chelem. On se concentre uniquement sur le prochain match. On coche les cases les uns après les autres. Il n’y a pas d’emballement. On sait qu’on a encore du chemin à faire, beaucoup de travail à fournir, pour être les meilleurs. L’objectif, c’est de gagner les matches. On va maintenant se concentrer sur celui en Ecosse, qui s’annonce difficile et compliqué face à une équipe qui ne lâche rien. Et, si on gagne là-bas, on s’offrira une finale contre l’Irlande à Paris…
Propos recueillis en zone mixte

Tag: #Actualités

Autres articles publiés par Le Figaro

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ Le Figaro

xxxxxx. xxx xxxx xxx. Bonjour et bienvenue à tous sur ce live consacré à l'épidémie de coronavirus Covid-9. Voici les événements les plus importants de la journée :En France, . Le comité scientifique préconise la prolongation du confinement sur ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ Le Figaro

Alors que le coronavirus met l’économie à l’arrêt, des appels se multiplient pour dispenser les Français de payer leur loyer tant que durera la crise. Pour les associations, la mesure serait d’autant plus naturelle que le président Emmanuel...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Enfin une belle éclaircie à la Bourse de Paris. Le CAC 40 a grimpé de 8,39% mardi, pour finir la séance à 4 242,70 points. L’indice des grandes valeurs françaises abandonne néanmoins toujours plus de 30% depuis ses sommets du mois de février...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Comment avez-vous réagi à l’annonce de ce report des Jeux olympiques de Tokyo ?Teddy Riner : J’avais envie de ne pas y croire (rire). Je m’étais préparé pour cet été mais la priorité, aujourd’hui,...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Les Jeux olympiques de Tokyo, qui devaient se dérouler du 24 juillet au 9 août 2020, ont été officiellement reportés à une date ultérieure, probablement au cours de l’été 2021, en raison de l’épidémie de coronavirus. Mardi, le Comité...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Jean-Julien Ezvan et Martin Couturié Joint par le Figaro quelques minutes après l'annonce du report officiel des Jeux olympiques de Tokyo, Tony Estanguet, le patron du Comité d'organisation de Paris 2024 s'est réjouis de cette décision :...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Pourquoi une décision si rapide ? Jamais quatre semaines ne seront passées si vite. Il y a moins de 48 heures, le Comité international olympique (CIO), par la voix de son président Thomas Bach, avait affirmé se...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Le Japon va payer au prix cher le report des Jeux olympiques en 2021, probablement l'été prochain même si la question n'a, selon le Comité international olympique, pas été abordée avec les dirigeants japonais dans les heures qui ont précédé...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Fifa, football La Fédération internationale de football (Fifa) a «salué» mardi le report des Jeux olympiques de Tokyo initialement prévus en 2020, assurant que la «priorité» devait être la santé des personnes concernées par...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

La conférence téléphonique Thomas Bach, le président du CIO et Shinzo Abe, le premier ministre japonais, a été fructueuse. L’évolution rapide de la situation sanitaire mondiale en lien avec la COVID-19, ses répercussions «sur la vie des...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

La première étape. Décisive. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe s’est, ce mardi, entretenu par téléphone avec Thomas Bach, le président du CIO. La gouverneure de Tokyo Yuriko Koike, le président du comité d'organisation Yoshiro Mori et la...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Le deuxième papa d’Astérix n’est plus. Après l’annonce du décès d’Albert Uderzo, créateur avec René Goscinny du personnage d’Astérix, à l’âge de 92 ans, M6 a décidé de déprogrammer la demi-finale de «Pékin Express: Retour sur...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

xxxxxx. xxx xxxx xxx. Hugo Marchand, danseur étoile de l'Opéra de Paris, a dû se mettre au cours de danse virtuel. Depuis le début du confinement, chaque jour à 11h00, lui et sept de ses collègues sont en visioconférence avec l'ancienne danseuse...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

Renaud Lavillenie n’a pas arrêté l’entraînement. Confiné, il saute dans son jardin. Dans La Montagne, il décrivait il y a quelques jours : « Pour les 15 jours qui viennent, l’idée vue avec Philippe (D’Encausse, son entraîneur), ...

Publié mardi, 24 mars 2020 ‐ Le Figaro

«Plus que probable». Interrogé ce mardi sur France Info quant à la tenue des Jeux olympiques prévus du 24 juillet au 9 août à Tokyo, Tony Estanguet, membre du CIO et président du COJO de Paris 2024 a clairement indiqué que la tendance ne faisait ...