Tribunes. Supporters, le tout-répressif mis hors jeu

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Les stades de football sont vides et, pourtant, la voix des supporters n’a probablement jamais porté aussi loin. Quelques jours seulement après l’appel de 350 groupes d’ultras à travers toute l’Europe, dont des Français, demandant à renoncer à la reprise des championnats à huis clos, un rapport a été présenté à l’Assemblée nationale le 20 mai par les députés Marie-George Buffet (GDR) et Sacha Houlié (LaREM). Lancée il y a plusieurs mois, cette mission d’information sur « le régime des interdictions de stade et le supportérisme » dresse un panorama peu reluisant de la gestion répressive des tribunes françaises par les autorités et les clubs, et préconise un retour au dialogue pour rétablir la confiance et accorder plus de responsabilités aux supporters.
« Dans le droit français, il n’y a pas de sanctions collectives »
Les deux députés appellent à mettre fin aux sanctions collectives, comme les fermetures de tribune ou les matchs à huis clos, une revendication phare de supporters. « Ces sanctions collectives sont hors du droit. Dans le droit français, il n’y a pas de sanctions collectives. Il n’y a que dans le sport que l’on peut dire à plusieurs centaines de personnes : un fumigène a été allumé par quatre personnes, donc vous êtes tous sanctionnés », souligne Marie-George Buffet.
Pour les deux rapporteurs, la politique d’interdiction des fumigènes au motif de leur dangerosité est inefficace et « hypocrite ». « L’entrée des fumigènes dans les stades et leur utilisation sont devenues un jeu pour les supporters, pointe l’ancienne ministre des Sports (1997-2002). Il faut arrêter cette hypocrisie générale et dialoguer. Nous préconisons un usage encadré en privilégiant une zone dédiée en tribune. En contrepartie, nous souhaitons une responsabilisation des supporters. En clair, s’ils ne respectent pas les règles et qu’il y a un accident, ce sont eux qui seront en responsabilité. »
« Un équilibre rompu » entre ordre public et libertés fondamentales
Le rapport n’est pas tendre non plus sur les interdictions administratives de stade (IAS), qui ont vu leur durée passer de trois mois à trois ans maximum, et sont devenues « davantage un moyen de sanctionner la détention ou l’usage de fumigènes que de prévenir la commission des violences ». Le rapport y voit « un équilibre rompu » entre ordre public et libertés fondamentales. « Les supporters sont indispensables au sport et notamment au foot, souligne Marie-George Buffet. Nous demandons simplement qu’on arrête cette utilisation disproportionnée des IAS, qu’elles soient encadrées dans leur durée pour qu’elles ne dépassent pas six mois (douze en cas de récidive), et que les motifs soient justifiés, argumentés. À l’origine, les IAS étaient des interdictions préventives, il faut qu’elles le restent. On ne peut pas admettre que, pendant des mois et des mois, via une décision administrative, un individu soit obligé de pointer au commissariat ou interdit de stade. D’ailleurs, 75 % de ces interdictions sont annulées ensuite lorsque les supporters font appel. »
Les interdictions partielles ou totales de déplacement de supporters, qui ont triplé en quelques années (39 en 2014-2015 contre 125 en 2018-2019), sont aussi dans le viseur des deux députés. « Par précaution », les préfectures y ont trop souvent recours « aux dépens de la liberté d’aller et venir de certains citoyens, sous prétexte qu’ils sont des supporters », pointe le rapport. «  J’ai rencontré de nombreux groupes de supporters et j’ai eu le sentiment qu’ils se sentent considérés comme des sous-­ citoyens, car ils n’ont pas accès à la justice des autres citoyens. Il y a donc une méfiance énorme. Les supporters ont des devoirs : ne pas être violents, ni prononcer des injures racistes ou homophobes au risque d’être sanctionnés. Mais ils ont aussi des droits, qui ne sont pas dé finis. D’ailleurs, très peu de groupes de supporters demandent l’agrément pour être reconnus comme association, parce qu’ils ne voient pas ce que ça peut leur apporter et craignent que cela empiète sur leurs libertés. Or, si beaucoup plus de groupes allaient vers l’agrément, ils pourraient être associés aux discussions en préfecture, sur les autorisations ou non de déplacement, avec le référent su pporters, le directeur de la sécurité du club et le représentant de la sécurité nationale. »

Tag: #Sports #Actu #Football #Marie-georgeBuffet #Supporters

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Pierre Vincent, cheminot, ancien dirigeant syndical et ami de l’Humanité, est décédé à l’âge de 80 ans. Sur vingt-sept mois de service militaire, l’appelé en fait treize en Algérie. Libéré en 1962, il fait part au comité Maurice-Audin...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Les « gestes barrières », en ce moment où l’on baigne de tous côtés dans le doute et la crainte, ne sont-ils pas ­devenus l’exemple même de « l’impératif catégorique » inventé par le philosophe prussien Emmanuel Kant...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Demain mardi , c’est donc le président de la République en personne qui annoncera les formes diversifiées que prendront les aides publiques destinées  à faire repartir l’industrie automobile en France . Trois jours plus tard, la direction du...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Le procès de Benyamin Netanyahou s'est ouvert ce dimanche. Après avoir tout fait pour l’éviter, affirmé qu’une campagne « de la gauche et de la presse visait à le renverser par un putsch », demandé une immunité, puis dit la refuser, il...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

De mémoire de militant, il n’avait jamais connu une telle crise alimentaire. Un véritable tsunami de la misère. « Durant toute la durée du confinement, nous avons distribué des colis alimentaires à 1 270 000 personnes, explique Thierry...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Les « gestes barrières », en ce moment où l’on baigne de tous côtés dans le doute et la crainte, ne sont-ils pas ­devenus l’exemple même de « l’impératif catégorique » inventé par le philosophe prussien Emmanuel Kant...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Née le 20 juin 1921 à La Seyne-sur-Mer (Var), Mireille Droz quitte l’école et les cours de violon trop tôt, la situation sociale de ses parents ne lui permettant pas d’envisager des études. Au magasin Priséco de Toulon, où elle est...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Il est l’exception qui confirme la règle fixée par Emmanuel Macron. Installé le 23 mai à la tête de Tourcoing par le conseil municipal, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, est le seul membre du gouvernement autorisé par...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Les « gestes barrières », en ce moment où l’on baigne de tous côtés dans le doute et la crainte, ne sont-ils pas ­devenus l’exemple même de « l’impératif catégorique » inventé par le philosophe prussien Emmanuel Kant...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Dès la mi-janvier, la climatologue Corinne Le Quéré était bombardée de questions sur la baisse des émissions mondiales de CO2. « Et je n’avais pas de réponse précise à donner… » confiait-elle en prélude d’un séminaire en ligne le...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

De mémoire de militant, il n’avait jamais connu une telle crise alimentaire. Un véritable tsunami de la misère. « Durant toute la durée du confinement, nous avons distribué des colis alimentaires à 1 270 000 personnes, explique Thierry...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Le « Ségur de la santé » est au moins assuré de figurer dans le Livre des records, au chapitre des concertations officielles menées par voie numérique. Pas moins de 300 personnes – représentants des hôpitaux, des Ehpad, du médico-social ...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Le harcèlement sexuel est un délit puni par le Code pénal, mais également un comportement interdit sur le lieu de travail. Une salariée ayant perdu son emploi du fait d’une inaptitude consécutive à un harcèlement sexuel, ou ayant pris acte de...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Il est l’exception qui confirme la règle fixée par Emmanuel Macron. Installé le 23 mai à la tête de Tourcoing par le conseil municipal, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, est le seul membre du gouvernement autorisé par...

Publié lundi, 25 mai 2020 ‐ L'Humanité

Dès la mi-janvier, la climatologue Corinne Le Quéré était bombardée de questions sur la baisse des émissions mondiales de CO2. « Et je n’avais pas de réponse précise à donner… » confiait-elle en prélude d’un séminaire en ligne le...