Syrie. Trump choisit Erdogan contre les Kurdes

Publié jeudi, 20 décembre 2018 ‐ L'Humanité

Le président des États-Unis, Donald Trump, vient donc de décider que l’heure était venue de ramener « à la maison » les soldats américains déployés en Syrie pour lutter conte le groupe « État islamique » (EI ou Daech selon son acronyme arabe). « Maintenant, nous avons gagné, il est temps de rentrer », a lancé le locataire de la Maison-Blanche dans une courte vidéo postée, mercredi, sur son compte Twitter. « Nos garçons, nos jeunes femmes, nos hommes, ils rentrent tous, et ils rentrent tous maintenant, a-t-il ajouté. Nous nous battons depuis longtemps en Syrie. Je suis président depuis presque deux ans et nous sommes vraiment passés à la vitesse supérieure, et nous avons gagné contre le groupe “État islamique”. »
Quelque 2 000 soldats américains sont actuellement dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales présentes pour combattre le groupe EI et entraîner les forces locales arabo-kurdes dans les zones reprises aux djihadistes. Une annonce qui ne laisse pas d’étonner et a surpris dans son propre camp, puisqu’il semble que sa déclaration publique ne soit pas issue de consultations, y compris au sein du Pentagone. Les responsables chargés du dossier syrien assuraient il y a encore quelques jours que l’EI était loin d’être durablement vaincu et que la présence américaine allait donc encore durer un bon moment. Même un John Bolton, conseiller de Trump, expliquait encore il y a deux mois que les troupes américaines ne partiraient pas tant que les Iraniens seraient présents.
Rapprochement turco-américain sur fond de vente de missiles
Certains observateurs font remarquer que la décision de Trump survient – hasard ? – au lendemain de l’annonce par Washington de la vente de missiles antimissiles (Patriot) à la Turquie pour 3,5 milliards de dollars, alors qu’Ankara avait annoncé son intention d’acquérir les S-400 russes, ce qui, pour un pays pilier de l’Otan, faisait un peu désordre. Le rapprochement turco-américain est sans doute le signal d’un tournant dans la construction de l’après-Syrie. Car le retrait américain du pays aura de lourdes conséquences. Les premiers touchés seront les Kurdes du Rojava, les Forces démocratiques syriennes (FDS), que le président turc, Recep Erdogan, a annoncé vouloir éradiquer, notamment en programmant une offensive d’envergure dans ce Nord syrien, comme il l’a déjà fait dans le canton d’Afrin sans que les États-Unis ne l’en dissuadent. Du coup, les combattants kurdes risquent de se détourner de l’opération contre les djihadistes. Or, cette bataille fait rage : la coalition internationale, dirigée par les États-Unis, a encore mené 208 frappes aériennes du 9 au 15 décembre. Selon le Damas Post, proche du pouvoir, des pourparlers auraient lieu entre les FDS et des représentants de Damas pour que l’armée régulière soit en charge des frontières, ce qui enlèverait un argument de poids à la Turquie.
Même si le groupe djihadiste ne contrôle plus de vastes pans de territoires, il conserve encore des poches significatives dans la vallée de l’Euphrate ainsi qu’en Irak. Ses actions sont sporadiques mais encore déstabilisatrices. Sans parler de ses bases en Libye ou en Afghanistan. Le président américain est prêt à sacrifier les Kurdes pour, en lien avec la Turquie, tenter de reprendre sa place sur les nouveaux développements politiques concernant la Syrie. La Turquie est en liaison avec la Russie et l’Iran pour la mise en place d’un comité de 150 personnes chargé d’élaborer une nouvelle Constitution ; 50 sont proposées par le pouvoir syrien, 50 par l’opposition et 50 par les trois parrains. La Russie a d’ailleurs déclaré que le retrait américain aiderait à la résolution politique. Voir… Ce n’est en tout cas pas l’avis d’Israël, obnubilé par l’Iran qui pourrait très bien ouvrir de nouveaux fronts alors que Benyamin Netanyahou, de façon très mystérieuse, vient de déclarer, lors d’une visite à Israel Aerospace Industries (IAI), constructeur d’armes public, qu’« ils développent ici des systèmes d’armement avec des capacités qu’aucun autre pays n’a ».
Mardi encore, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, soulignait que la reprise des derniers territoires contrôlés par l’EI en Syrie était « l’absolue priorité » mais qu’il fallait ensuite « stabiliser les zones libérées ». Les États-Unis montrent le peu de cas qu’ils font de leurs alliés, notamment les Britanniques et les Français dont les forces spéciales sont sur place.

Tag: #Actu #Monde

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Sylvie Jan et Michel Laurent de l'association de solidarité « France-Kurdistan » devaient se rendre dans plusieurs villes de Turquie du 18 mars au 2 avril 2019 pour une mission culturelle et de solidarité.    À l'aéroport d'Istanbul, sans...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Mis en accusation tout à la fois par la justice et par la science : la semaine n’aura pas été rose pour Monsanto. Lundi, une étude de portée internationale identifiait le glyphosate, molécule qui a fait le succès commercial de...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

En pleine crise sociale, le Conseil d’analyse économique (CAE), instance placée sous la houlette du premier ministre, a livré, hier, ses recommandations pour « construire » une fiscalité environnementale « juste et efficace ». La taxe...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Le Secours populaire français (SPF), accompagné par quatre parlementaires européens, Patrick Le Hyaric (GUE/NGL), Nathalie Griesbeck (Adle), Sylvie Guillaume (S & D) et Élisabeth Morin-Chartier (PPE), était hier après-midi à...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Mille jours après le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, le 23 juin 2016, mais à quelques heures désormais de la date prévue initialement pour le Brexit – le vendredi 29 mars 2019 –, plus personne ne se hasarde...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

«Ce combat me dépasse. J’ai ce sentiment depuis le premier jour, depuis ce 27 juillet 2018, je savais que la SNCF allait taper très fort. » La voix posée, Jean-Michel Dieudonné enchaîne avec force : « Dans ma tête, je suis toujours...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Manque de sincérité et méconnaissance Daniel Bertone Secrétaire général CGT ADP Les premiers « bradés » dans les privatisations sont les salariés. La privatisation partielle d’Aéroports de Paris (ADP) en 2005 a d’ailleurs eu comme...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

«Des élections, vous me parlez toujours des élections. S’il n’y a pas d’élections, personne ne va en mourir ! Si ça continue comme ça, je vous préviens que je vais rester au pouvoir longtemps ! » Contrairement aux apparences, le...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

La diplomatie brésilienne avait la réputation d’être aussi discrète qu’efficace. Mais ça, c’était hier, avant l’élection de Jair Bolsonaro. Avec l’avènement de l’extrême droite à la présidence, la voix originale du Brésil fait...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Près de 1 000 vignerons viendront proposer leurs dernières cuvées à l’espace Champerret de Paris (Métro Porte-de-Champerret, ligne 3.) du vendredi 22 au lundi 25 mars. Alors que les négociants militent pour augmenter les droits de plantation, ...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Vous voulez rire ? Pour prendre de la distance ou prendre votre dose quotidienne recommandée d’hilarité ? Alors piochez dans cette anthologie de l’humour involontaire que nous offre Jean-Loup Chiflet. Loin du « ricanement généralisé de...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Œuvres complètes Gaston Couté, présentation par Alain (Georges) Leduc et Philippe Camus Éditions libertaires, 1 031 pages, deux volumes plus CD, 70 euros « Gaston Couté, 21 ans, chansonnier né à Beaugency (Loiret), venant de...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

La romancière danoise Pia Petersen vit à cheval entre Paris et les États-Unis. Los Angeles est sa ville de prédilection. Elle y campait déjà l’action de son dernier roman, Mon nom est Dieu. Ils déboulent de partout. Ils ont les poches trouées,...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Le Nouveau Philippe Sollers Gallimard, 144 pages, 14 euros « Le Purgatoire » de Dante commence en célébrant « la navicella del mio ingegno » (la nacelle de mon esprit). C’est cette nacelle qui préoccupe Sollers dans chacun de ses livres. ...

Publié mercredi, 20 mars 2019 ‐ L'Humanité

Quel jeu d’ombres est-il en train de se tramer au sein de nos démocraties ? Le propos de Pierre Musso met enfin à la lumière les clés de compréhension de l’arrivée de personnages « antipolitiques » à la tête de l’État de trois...