Syrie. Trump choisit Erdogan contre les Kurdes

Publié jeudi, 20 décembre 2018 ‐ L'Humanité

Le président des États-Unis, Donald Trump, vient donc de décider que l’heure était venue de ramener « à la maison » les soldats américains déployés en Syrie pour lutter conte le groupe « État islamique » (EI ou Daech selon son acronyme arabe). « Maintenant, nous avons gagné, il est temps de rentrer », a lancé le locataire de la Maison-Blanche dans une courte vidéo postée, mercredi, sur son compte Twitter. « Nos garçons, nos jeunes femmes, nos hommes, ils rentrent tous, et ils rentrent tous maintenant, a-t-il ajouté. Nous nous battons depuis longtemps en Syrie. Je suis président depuis presque deux ans et nous sommes vraiment passés à la vitesse supérieure, et nous avons gagné contre le groupe “État islamique”. »
Quelque 2 000 soldats américains sont actuellement dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales présentes pour combattre le groupe EI et entraîner les forces locales arabo-kurdes dans les zones reprises aux djihadistes. Une annonce qui ne laisse pas d’étonner et a surpris dans son propre camp, puisqu’il semble que sa déclaration publique ne soit pas issue de consultations, y compris au sein du Pentagone. Les responsables chargés du dossier syrien assuraient il y a encore quelques jours que l’EI était loin d’être durablement vaincu et que la présence américaine allait donc encore durer un bon moment. Même un John Bolton, conseiller de Trump, expliquait encore il y a deux mois que les troupes américaines ne partiraient pas tant que les Iraniens seraient présents.
Rapprochement turco-américain sur fond de vente de missiles
Certains observateurs font remarquer que la décision de Trump survient – hasard ? – au lendemain de l’annonce par Washington de la vente de missiles antimissiles (Patriot) à la Turquie pour 3,5 milliards de dollars, alors qu’Ankara avait annoncé son intention d’acquérir les S-400 russes, ce qui, pour un pays pilier de l’Otan, faisait un peu désordre. Le rapprochement turco-américain est sans doute le signal d’un tournant dans la construction de l’après-Syrie. Car le retrait américain du pays aura de lourdes conséquences. Les premiers touchés seront les Kurdes du Rojava, les Forces démocratiques syriennes (FDS), que le président turc, Recep Erdogan, a annoncé vouloir éradiquer, notamment en programmant une offensive d’envergure dans ce Nord syrien, comme il l’a déjà fait dans le canton d’Afrin sans que les États-Unis ne l’en dissuadent. Du coup, les combattants kurdes risquent de se détourner de l’opération contre les djihadistes. Or, cette bataille fait rage : la coalition internationale, dirigée par les États-Unis, a encore mené 208 frappes aériennes du 9 au 15 décembre. Selon le Damas Post, proche du pouvoir, des pourparlers auraient lieu entre les FDS et des représentants de Damas pour que l’armée régulière soit en charge des frontières, ce qui enlèverait un argument de poids à la Turquie.
Même si le groupe djihadiste ne contrôle plus de vastes pans de territoires, il conserve encore des poches significatives dans la vallée de l’Euphrate ainsi qu’en Irak. Ses actions sont sporadiques mais encore déstabilisatrices. Sans parler de ses bases en Libye ou en Afghanistan. Le président américain est prêt à sacrifier les Kurdes pour, en lien avec la Turquie, tenter de reprendre sa place sur les nouveaux développements politiques concernant la Syrie. La Turquie est en liaison avec la Russie et l’Iran pour la mise en place d’un comité de 150 personnes chargé d’élaborer une nouvelle Constitution ; 50 sont proposées par le pouvoir syrien, 50 par l’opposition et 50 par les trois parrains. La Russie a d’ailleurs déclaré que le retrait américain aiderait à la résolution politique. Voir… Ce n’est en tout cas pas l’avis d’Israël, obnubilé par l’Iran qui pourrait très bien ouvrir de nouveaux fronts alors que Benyamin Netanyahou, de façon très mystérieuse, vient de déclarer, lors d’une visite à Israel Aerospace Industries (IAI), constructeur d’armes public, qu’« ils développent ici des systèmes d’armement avec des capacités qu’aucun autre pays n’a ».
Mardi encore, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, soulignait que la reprise des derniers territoires contrôlés par l’EI en Syrie était « l’absolue priorité » mais qu’il fallait ensuite « stabiliser les zones libérées ». Les États-Unis montrent le peu de cas qu’ils font de leurs alliés, notamment les Britanniques et les Français dont les forces spéciales sont sur place.

Tag: #Actu #Monde

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Nous évoquions dans un récent article la liste commune MODEF-Confédération paysanne dans le département des Landes pour le renouvellement des élus à la chambre d’agriculture. Ce département où le MODEF obtenait plus de 37% des voix lors de la...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Ayka de Sergey Dvortsevoy. Russie/Allemagne/Pologne/Kazakhtan, 2018, 1 h 50   Doloriste. Certains critiques n’ont pas gobé cette vision du calvaire d’une immigrée kirghize à Moscou, qui débute avec...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Live à FIP à Marseille, grisant Locomotive d’or du jazz féminin actuel, Anne Paceo (batteuse et compositrice) présente en exclusivité un projet des plus grisants, Bright Shadows, lors d’un Live à FIP exceptionnel, ...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Après avoir sondé, dans l’excellent Borgen, la vie politique et la place des femmes dans la société danoise, Adam Price s’attaque ici à un nouveau lieu de pouvoir (avec ses stratégies, marchandages et bassesses) : l’Église luthérienne....

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Deux mois se sont écoulés depuis l’acte I des gilets jaunes, qui a bousculé les organisations politiques et syndicales. Quels enseignements en tirez-vous ? Fabien Roussel C’est un mouvement historique qui va marquer...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

La compagnie Hippocampe fête ses dix ans en beauté avec une création singulière, Si tu n’étais pas de marbre, entremêlant danse, mime et musique. Elle poursuit ses investigations autour de Camille Claudel, mais cette fois à travers la relation...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Après avoir sondé, dans l’excellent Borgen, la vie politique et la place des femmes dans la société danoise, Adam Price s’attaque ici à un nouveau lieu de pouvoir (avec ses stratégies, marchandages et bassesses) : l’Église luthérienne....

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Maho Yamaguchi est l’archétype de la pop star japonaise. Infantilisée à souhait, la poupée de 23 ans aux frous-frous rose bonbon et uniformes de lycéennes a été contrainte par son management de s’excuser, cette semaine, « d’avoir causé...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Le jeune président, depuis la rédaction de son programme de campagne et le hold-up fait sur le mot révolution, démontre son goût pour inverser le sens des mots, mais surtout semble prendre un malin plaisir à jouer avec le feu. L’historien, qui...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Quelle analyse ! Dans un éditorial de l’Obs, le bien nommé Sylvain Courage sait ce qu’il en est des gilets jaunes. Ces « révolutionnaires du samedi » n’ont pas de temps à perdre, dit-il, avec le grand débat. Non, ils veulent juste ...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

C’est fort de café ! Mardi 15 janvier, vers 22 h 10, après sept heures de grand oral, Emmanuel Macron prône « une République de la délibération permanente »… Lui qui, face à toute revendication sociale et à la contestation de ses...

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Deux mois se sont écoulés depuis l’acte I des gilets jaunes, qui a bousculé les organisations politiques et syndicales. Quels enseignements en tirez-vous ? Fabien Roussel C’est un mouvement historique qui va marquer profondément notre pays....

Publié vendredi, 18 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Un peu d’utopie ne nuit pas. La preuve par l’âge d’or, le roman graphique de Cyril Pedrosa, au dessin, et de sa compagne Roxanne Moreil, au scénario, dont le premier tome a été récompensé, mercredi, par le prix Fnac-France Inter de la bande...

Publié jeudi, 17 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Deux mois se sont écoulés depuis l’acte I des gilets jaunes, qui a bousculé les organisations politiques et syndicales. Quels enseignements en tirez-vous ? Fabien Roussel C’est un mouvement historique qui va marquer profondément notre pays....

Publié jeudi, 17 janvier 2019 ‐ L'Humanité

Maho Yamaguchi est l’archétype de la pop star japonaise. Infantilisée à souhait, la poupée de 23 ans aux frous-frous rose bonbon et uniformes de lycéennes a été contrainte par son management de s’excuser, cette semaine, « d’avoir causé...