Roger Treneule : « Des pensions de misère après des années de labeur ! »

Publié vendredi, 21 février 2020 ‐ L'Humanité



-
Président de l’Association nationale des retraités agricoles de France et de l’antenne de Dordogne
Quelle est aujourd’hui la situation des retraités agricoles ?
Roger Treneule La précarité ! Des retraites de misère après des années de labeur, surtout dans des régions pauvres comme la Dordogne. En moyenne, une retraite d’agriculteur, c’est 780 euros pour un homme, 550 euros pour une femme. Ce sont elles les grandes perdantes. Jusqu’en 1999, elles n’avaient aucun statut… Elles étaient considérées comme sans profession et ne cotisaient pas. Depuis, elles sont « conjoints collaborateurs », mais elles ne cotisent toujours pas à hauteur de leur conjoint, et le paient cher une fois à la retraite. Ces montants sont en dessous de ceux des minima sociaux, l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, 903 euros), mais aussi du seuil de pauvreté (1 041 euros). Les pensions des retraités agricoles, c’est en moyenne la moitié de celles des autres catégories professionnelles. C’est tout simplement incompréhensible. Et le gouvernement, lui, nous conseille désormais de demander l’Aspa… Mais on a travaillé toute notre vie, on a nourri la population, on a sans cesse amélioré l’agriculture, il n’est pas question qu’une partie de notre retraite soit constituée d’aide sociale.
Il y a eu beaucoup d’occasions manquées…
Roger Treneule Oui, la proposition de loi du député Chassaigne devait porter la retraite des agriculteurs à 85 % du Smic, elle a été votée à l’unanimité en 2017 à l’Assemblée nationale… et bloquée par le gouvernement actuel au Sénat en 2018. Parmi ces députés, il y avait l’actuel premier ministre, le ministre de l’Économie, ceux de l’Agriculture, de l’Intérieur… Ont-ils si mauvaise mémoire ? L’année dernière encore, la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale concluait que les mesures de revalorisation des retraites agricoles étaient justifiées et urgentes… C’en est resté là, à des conclusions.
Pourtant, les agriculteurs sont, soi-disant, les principaux gagnants de la réforme des retraites…
Roger Treneule Dès le départ, nous avons été exclus de cette réforme, celle-ci étant réservée aux actifs… Malgré des rendez-vous aux ministères, notre situation de détresse n’a pas été prise en compte. Il faut dire que, depuis trois ans et l’arrivée de ce gouvernement, ça attaque sévère sur les faibles retraites. On nous prend pour des nantis, parce que nous aurions du patrimoine. Mais c’était notre outil de travail, que l’on a transmis à nos enfants. Et dans des départements pauvres comme le mien, les terres ne valent pas grand-chose. Au final, depuis 2017, nos retraites ont été revalorisées à 75 % du Smic, avec une base de 855 euros… Mais avec les désindexations et les gels décidés par le gouvernement, nos pensions restent bloquées. Ce qui représente une perte de 50 euros mensuels comparé au Smic d’aujourd’hui.
Comment vivent concrètement les paysans ?
Roger Treneule On vit petit, on réduit les dépenses le plus possible. Quant à voyager comme d’autres retraités, ça nous est tout simplement impossible. La plupart des agriculteurs ont encore un potager où ils cultivent légumes, ils se chauffent au bois qu’ils vont couper eux-mêmes. Ils sont en autosuffisance. Tant qu’ils peuvent encore le faire… La population agricole retraitée est assez âgée. Un paysan, avec sa retraite de misère, ne peut pas se permettre d’aller dans une maison de retraite quand le temps en est venu. C’est souvent à leurs enfants de payer.

Tag: #MinimumRetraite #Actu #Planète #Agriculteurs #SalonDeL'agriculture

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Dans son édition de mars, le mensuel « Réussir, fruits et légumes », rend compte  d’une rencontre qui s’est tenue à Agen entre des producteurs français de fraises et leurs homologues  espagnols et italiens. On y apprend que l’Espagne...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

La crise économique et financière qui se dessine ne sera pas jugulée par une ­ordonnance médicale ou un vaccin. Elle n’est pas la crise du coronavirus, mais celle du système capitaliste mondialisé et financiarisé. L’épidémie est en quelque...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

. Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Depuis lundi soir, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par le coronavirus à ce stade, renvoie des images macabres. Celles de la morgue aménagée sur une grande piste de patinage dans un centre commercial de la capitale espagnole....

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après des semaines à gloser publiquement sur « l’immunité collective », tout en justifiant en coulisses sa cynique inaction face au coronavirus par la nécessité de « protéger l’économie », le premier ministre britannique a fini...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après le conseil scientifique, le comité de chercheurs. Emmanuel Macron devait installer, hier, le Comité analyse recherche et expertise (Care), réunissant douze chercheurs et médecins, pour conseiller le gouvernement sur « la doctrine (relative) ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à prendre. Plus que...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Glané dans le Parisien hier matin : « On ne peut plus avoir comme ça des gens qui sont en dehors de la société, il faudra que l’on s’occupe de cela », a promis Macron, qui s’était déjà engagé le 31 décembre 2017 à « apporter...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Plusieurs visions du monde se sont affrontées, mardi, à l’Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement consacrée à l’épidémie de coronavirus. Les députés d’opposition n’ont eu de cesse d’interroger la...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

On les célèbre désormais sans relâche. Infirmières, médecins, réanimateurs, urgentistes… Sur les coups de 20 heures, la patrie reconnaissante, calfeutrée chez elle, salue depuis sa fenêtre ces héros à la pointe du combat contre le Covid-19. ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...