La candidature d’Evo Morales au Sénat invalidée

Publié vendredi, 21 février 2020 ‐ L'Humanité

Evo Morales ne pourra pas se présenter au Sénat lors des élections générales du mois de mai. Ainsi en a décidé le Tribunal suprême électoral de Bolivie, jeudi 20 février, au motif que l’ancien président socialiste ne remplit pas l’obligation de « résidence permanente » dans le pays. Et pour cause : il s’est réfugié en Argentine pour échapper au mandat d’arrêt pour sédition et terrorisme émis contre lui par les nouvelles autorités de La Paz.
Ce verdict porte un coup supplémentaire à la crédibilité du processus électoral initié en Bolivie depuis la chute d’Evo Morales, renversé en novembre par la droite et l’armée après sa réélection contestée à un quatrième mandat. Avant de voir sa candidature au Sénat invalidée, le leader du MAS (Mouvement vers le socialisme) avait aussi été écarté de la course à l’élection présidentielle par une loi limitant le nombre de mandats électifs successifs, taillée sur mesure par la présidente par intérim Jeanine Añez. Celle-là même qui a organisé la répression sanglante contre les manifestants, faisant plusieurs dizaines de morts et suscitant l’inquiétude de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH).
Sur son compte Twitter, l’homme qui dirigea la Bolivie pendant près de 14 ans a dénoncé « un coup contre la démocratie ». « Les membres du TSE savent que je remplis les conditions pour être candidat. L’objectif final est l’élimination du MAS », a-t-il déclaré. Des accusations corroborées par l’invalidation de la candidature dans la circonscription de Potosi de Diego Pary, ancien ministre des Affaires étrangères, également prononcée hier.
Luis Arce, lui, est autorisé à se présenter à l’élection présidentielle. Mieux, le candidat du MAS, ministre de l’Économie d’Evo Morales de 2006 à 2019, caracole en tête dans les sondages : il obtiendrait 31,6% des voix, devant l’ex-président Carlos Mesa (17,1%) et la présidente autoproclamée Jeanine Añez (16,5%). Le scrutin aura lieu le 3 mai.

Tag: #Actu #Monde #Bolivie #EvoMorales

Autres articles publiés par L'Humanité

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Assurance Maladie et Aide médicale Etat : Face au risque de rupture des droits, il faut prendre une mesure généralisée de simplification des démarches Dans un courrier du 19 mars 2020, l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers (ODSE) et...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Dans son édition de mars, le mensuel « Réussir, fruits et légumes », rend compte  d’une rencontre qui s’est tenue à Agen entre des producteurs français de fraises et leurs homologues  espagnols et italiens. On y apprend que l’Espagne...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

La crise économique et financière qui se dessine ne sera pas jugulée par une ­ordonnance médicale ou un vaccin. Elle n’est pas la crise du coronavirus, mais celle du système capitaliste mondialisé et financiarisé. L’épidémie est en quelque...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

. Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Depuis lundi soir, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par le coronavirus à ce stade, renvoie des images macabres. Celles de la morgue aménagée sur une grande piste de patinage dans un centre commercial de la capitale espagnole....

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après des semaines à gloser publiquement sur « l’immunité collective », tout en justifiant en coulisses sa cynique inaction face au coronavirus par la nécessité de « protéger l’économie », le premier ministre britannique a fini...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Après le conseil scientifique, le comité de chercheurs. Emmanuel Macron devait installer, hier, le Comité analyse recherche et expertise (Care), réunissant douze chercheurs et médecins, pour conseiller le gouvernement sur « la doctrine (relative) ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Un moratoire des loyers Eddie Jacquemart Président de la Confédération nationale du logement (CNL) Face à la crise sanitaire, le gouvernement doit veiller à n’oublier personne dans les différentes mesures qu’il est amené à prendre. Plus que...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Glané dans le Parisien hier matin : « On ne peut plus avoir comme ça des gens qui sont en dehors de la société, il faudra que l’on s’occupe de cela », a promis Macron, qui s’était déjà engagé le 31 décembre 2017 à « apporter...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Plusieurs visions du monde se sont affrontées, mardi, à l’Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement consacrée à l’épidémie de coronavirus. Les députés d’opposition n’ont eu de cesse d’interroger la...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

On les célèbre désormais sans relâche. Infirmières, médecins, réanimateurs, urgentistes… Sur les coups de 20 heures, la patrie reconnaissante, calfeutrée chez elle, salue depuis sa fenêtre ces héros à la pointe du combat contre le Covid-19. ...

Publié mercredi, 25 mars 2020 ‐ L'Humanité

Tous le redoutaient, espérant que ça n’arriverait pas. Sauf que la réalité les a cruellement rattrapés. Samedi, un médecin urgentiste retraité de l’Oise, venu prêter main-forte à ses collègues, est décédé du coronavirus. Depuis,...